mardi 21 février 2017

Chronique : Une place pour l'espoir de Virginie Coëdelo


Une place pour l’espoir de Virginie Coëdelo.
(Genre : Contemporain, Romance).

Editions : Librinova.
Prix : 2,99€ (ebook)
Date de parution originale : 7 novembre 2016

  Résumé : Claire et Julien Delorme ont tout pour être heureux. Mariés, deux enfants, ils sont propriétaires d’un café-restaurant dans le sud de la France, L’Espoir. Mais derrière ce bonheur se cache le drame de Claire, avec lequel elle a appris à vivre, qu’elle est parvenue à surmonter tant bien que mal : son premier mari est mort dans l’explosion d’une bombe. Des années plus tard, l’enquête sur cette explosion, demeurée non élucidée, se rouvre, grâce à un témoin, et Claire va devoir se replonger dans un cauchemar qu’elle pensait définitivement derrière elle.


  Si je n’avais pas été en stage chez Librinova, je pense que je n’aurais pas lu « Une place pour l’espoir ». Je serais donc passé à côté d’un livre et d’une auteur à découvrir. Tout me parlait avec ce bouquin : le titre, le résumé et la couverture vraiment sublime. Pour un livre autoédité, je dois dire que j’ai été surpris… dans le bon sens du terme. Je suis ressorti conquis de ma lecture !

  Dès le début, l’auteur y va fort. On rentre dans le vif du sujet et sur l’événement qui a bousculé la vie de Claire. Pourtant, on est ici à la place de la personne ayant déposé la bombe. On est directement pris dans l’histoire avec cette écriture saccadée, vive et rythmée. Ça percute, ça donne mal au cœur et pourtant, on est curieux de voir le lien entre ce 1er chapitre et la suite de l’histoire. L’auteur a donc très bien su démarrer son récit !

  Je me suis fortement attaché à Claire. Un personnage que la vie n’a pas épargné et qui a su se reconstruire auprès de son nouveau mari. Grâce à lui et ses enfants, Claire sort la tête de l’eau et trouve une nouvelle raison de vivre. C’est une femme forte, pleine de volonté et d’optimisme… presque admirable ! On ne sait même pas dans quel état on serait à sa place. Quelle leçon de courage. Claire évolue d’une belle manière. Julien est un personnage plus mystérieux, en retrait. Mais on l’admire presque autant que Claire parce qu’il a su lui redonner la force de vivre sa vie. Serge, l’inspecteur, est aussi un personnage à découvrir. Il joue un rôle important dans l’histoire.

  Le livre fait 170 pages du coup, il n’y a aucun temps mort. On ne s’ennuie pas une seule seconde et Virginie Coëdelo mène le lecteur par le bout du nez. Elle alterne entre le présent, un peu de passé et aussi du futur. Cela donne un relief intéressant à l’histoire et on est toujours curieux de découvrir la suite… et les liens entre ces temporalités. Et puis à un moment donné, l’auteur nous fait une révélation qui casse toute la félicité retrouvée de Claire. Je dois dire que c’est assez bien joué et ça redonne une bonne dynamique au récit.

  Même si le schéma de l’histoire n’est pas tellement original, l’auteur s’en sort à merveille. La petite enquête est bien menée. Les sentiments amoureux sont bien exploités et les émotions qu’on ressent à la lecture sont assez fortes : amour, joie, peine, tristesse, colère, stress, incompréhension et surtout l’espoir et le pardon. Je regrette juste que l’histoire ne prenne pas plus son temps. Ou que les personnages ne soient pas davantage approfondis : qu’on connaisse plus leur passé.

  La plume de Virginie Coëdelo est exquise. C’est une auteur qui sait écrire et qui avec son style fait passer des émotions et des messages. Peut-être devrait-elle juste épurer sa manière de construire les phrases par moment. Tout lecteur sait que parfois, la simplicité est la manière la plus efficace de le satisfaire. J’ai adoré la dernière scène finale. Elle est tellement belle et porteuse de messages forts. Un bonheur qui fait plaisir à voir et qui est amplement mérité. Je ne peux que vous conseiller « Une place pour l’espoir ». Un livre autoédité avec une auteur pleine de talent.

Ma note : 8/10.

dimanche 12 février 2017

Chronique : Positive de Paige Rawl


Positive de Paige Rawl.
(Genre : Témoignage).

Editions : Hachette
Prix : 17€ (Partenariat)
Date de parution française : 26 octobre 2016
Année de parution originale : 2014
Titre version originale : Positive.

  Résumé : Paige Rawl est une adolescente rayonnante. Pom-pom girl, footballeuse, excellente élève, tout lui réussit. Jusqu’au jour où elle révèle son secret à sa meilleure amie : elle est séropositive, sa mère lui a transmis le HIV. Dans les heures qui suivent, le harcèlement commence. Ses camarades laissent des mots cruels dans son casier. Ils chuchotent sur son passage. Paige ne s’est jamais sentie aussi seule. Pour la première fois, elle ne sourit plus. Cela aurait pu être la fin de son histoire. Mais c’en est le début.


  « Positive » est un témoignage que j’ai eu du mal à sortir. Je ne sais pas pourquoi d’ailleurs. Peut-être parce que j’avais peur de ce que j’allais y trouver. Ou peur de ne pas être touché par l’histoire de Paige. La couverture est la même qu’en VO et je trouve ça important de l’avoir gardée. C’est très représentatif du roman dans son ensemble. Je ne peux pas dire que j’ai adoré ce que j’ai lu, ce serait être impoli face à la vie de cette jeune fille. C’est un livre intéressant qui permet au lecteur d’en ressortir grandi.

  Ce que j’ai de suite apprécié, c’est la sincérité avec laquelle Paige livre sa vie. De la manière dont elle aborde les choses : si mature et pourtant encore si jeune. On fait la connaissance de sa mère, de ses amies, de son quotidien. On se dit que son secret, tant qu’il reste caché, ne peut pas lui faire de mal. Pourtant, on sait inévitablement que par un excès de confiance, tout va basculer. On attend ce moment avec de la crainte et de la curiosité (c’est assez malsain je l’avoue). Mais son histoire est racontée avec tant de justesse que le lecteur ne peut que tourner les pages.

  Paige m’a beaucoup touché. Tant dans sa vie qu’elle voit détruite au fur et à mesure que dans sa manière de se rendre plus forte. C’est une adolescente qui est au collège mais qui réfléchit comme une adulte. Je l’ai tant admiré pour cela. Paige est forte, sincère, parfois un peu naïve mais c’est une battante à tout point de vue. On suit sa vie, ses désillusions, ses espoirs, ses moments de joie et de peine, son 1er amour et ses premières fois. On ne ressent que de l’amour pour elle. On aimerait la protéger, lui dire que les autres sont tous des cons (désolé pour le terme) et la soutenir plus que tout. Sa mère est autant bouleversante qu’elle. Toutes les deux doivent affronter tant de choses qu’on se demande comment elles font pour ne pas sombrer. Elles nous apprennent que la force de la volonté va au-delà de tout. Je vous laisse découvrir les autres personnages…

  Le roman se lit bien parce qu’il s’y passe toujours quelque chose. On veut savoir comment Paige va réussir à remonter la pente. On sent les hauts et les bas, les moments plus difficiles et ceux rédempteurs. « Positive » est aussi un roman qui nous permet d’avoir une autre vision sur les personnes séropositives. D’en apprendre plus sur la maladie et ses conséquences. Des conséquences physiques mais aussi psychiques avec les autres. On aborde différentes choses qui se sont réellement passées : le harcèlement, le déni, le refus d’aider, le suicide… Mais aussi des choses positives comme les amitiés indéfectibles, les moments de grâce et de combats et surtout, la volonté de vouloir faire bouger les choses. Parce que Paige va énormément évoluer dans ce récit, dans sa vie. Elle en ressort changée, encore plus adulte et prête à affronter la vie et à lui faire face.

  Ali Benjamin a aidé Paige à coucher sur le papier sa vie et ses ressentis. Et il l’a fait d’une très belle manière. Il y a un petit paragraphe qui m’a profondément marqué. Une phrase que je n’oublierai jamais : « Après tout, on n’a pas besoin d’être séropositif pour voir avec les yeux du cœur. Il faut seulement s’ouvrir, avoir la tête bien faite et être doué d’une insatiable curiosité. » « Positive » est un roman qui permet au lecteur de relativiser sur sa vie. Mais aussi de prendre un petit peu de force de Paige Rawl pour l’appliquer dans son quotidien. Un très beau témoignage que je recommande à tous de lire… vraiment !

Ma note : 8,5/10.

Merci aux éditions Hachette pour ce partenariat !

lundi 6 février 2017

Chronique : Banshee de Perrine Salle


Banshee de Perrine Salle.
(Genre : Fantastique, Mythe).

Editions : Editions de la Reine
Prix : 1,99€ (Partenariat)
Date de parution originale : 23 janvier 2017

  Résumé : Le Connemara, terre de mythes et de légendes. Léa, jeune française venue à travailler pour l’été, va découvrir, pour le meilleur comme pour le pire, que les Banshees n’existent pas que dans le folklore.


  Le mot « Banshee » est connu de presque tout le monde. Pourtant, personne ne sait vraiment quelle créature se cache derrière ce nom. Je ne fais moi-même pas exception à la règle. Quand les éditons de la Reine m’ont proposé ce titre, j’ai accepté. J’étais intrigué de découvrir ce folklore, ce mythe. Et puis la couverture est quand même très jolie. Cette nouvelle de 15 petites pages m’a plu. Dommage que ce soit trop court !

  Avec une nouvelle, rien ne doit être laissé au hasard. Il ne doit y avoir aucun temps mort et l’intrigue doit vite se mettre en place. C’est ce qu’a compris Perrine Salle avec « Banshee ». On est vite catapulté dans l’histoire avec Léa au Connemara. Un mélange de descriptions et d’actions bien mené. On a toujours hâte de savoir ce qu’il va se passer et j’ai été curieux du début à la fin. Pour tout vous dire, j’ai lu cette nouvelle en 25 min, dans le métro. Et je me suis perdu sur les terres irlandaises.

 L’histoire est trop courte pour qu’on s’attache réellement aux personnages. Toutefois, l’auteur réussit à nous faire apprécier Léa comme les autres personnages. C’est une jeune fille aventurière, en quête de voyage et de nouveaux horizons. Elle va pourtant apprendre à ses dépends qu’être trop sûre d’elle peut s’avérer être fatal. Je regrette qu’on ne connaisse pas plus sa vie, son passé, ses envies. Je suis convaincu qu’un roman avec Léa aurait été intéressant à découvrir.

  L’univers développé m’a franchement plu ! Ce n’est qu’un petit aperçu qui met l’eau à la bouche. Cette rencontre entre Léa et la Banshee… furtive soit elle permet de mettre en relief les tenants et les aboutissants du rôle de cette créature. D’ailleurs un autre personnage va faire son apparition pour nous livrer les explications essentielles. J’ai d’ailleurs été surpris par la révélation finale ! Je suis déçu que l’univers ne soit pas plus approfondi… je pense qu’il y a des choses à faire. Côté écriture, Perrine Salle a une belle manière de décrire les paysages. Mon esprit a voyagé et je la remercie ! Une petite nouvelle à lire sans complexe que je recommande. J’espère que l’auteur écrira un roman parce qu’elle a beaucoup de talent !

Ma note : 7/10

Merci à Amélie et aux éditions de la Reine pour ce partenariat !

samedi 4 février 2017

Chronique : Mindjack - Tome 1 : Esprits libres de Susan Kaye Quinn


Mindjack – Tome 1 : Esprits libres de Susan Kaye Quinn.
(Genre : Dystopie, YA).

Editions : MxM Bookmark
Prix : 5,99€ (Partenariat)
Date de parution française : 27 septembre 2016
Année de parution originale : 2011
Titre version originale : Mindjack Trilogy, Book 1 : Open Minds.

  Résumé : Quand tout un chacun peut lire dans l’esprit des autres, il devient dangereux de garder un secret. A seize ans, Kira Moore n’est qu’une Zéro, quelqu’un qui ne peut lire dans les pensées des autres, et dont les autres ne peuvent pas lire les pensées non plus. Les gens comme elle sont des parias à qui on ne peut faire confiance, ce qui ne lui laisse aucune chance d’avenir avec Raf, le meilleur ami télépathe dont elle est amoureuse en secret. Mais lorsqu’elle prend le contrôle de l’esprit de Raf par accident et manque de le tuer, Kira tente de cacher ce nouveau pouvoir qui l’effraie à sa famille, ainsi qu’à Raf lui-même, dont la méfiance grandit chaque jour un peu plus…


  Je ne pouvais qu’être tenté par un roman abordant les pouvoirs psychiques. Je ne sais pas pourquoi mais c’est un aspect du fantastique que j’apprécie beaucoup. Du coup j’ai sauté sur l’occasion quand elle s’est présentée ! Encore merci à la maison d’édition pour sa confiance. La couverture est vraiment belle. MxM Bookmark a fait un beau travail éditorial ! Surtout que la couverture VO était horrible. Le résumé m’avait tenté mais je ne l’avais pas lu en entier pour avoir un maximum de surprises. Au final, j’ai passé un bon moment de lecture. C’est un tome 1 qui souffre de défauts mais qui n’empêchent pas de passer un bon moment.

  On fait de suite la rencontre de Kira et de ses problèmes. C’est une Zéro, une personne sans pouvoir psychique. Un souci quand la société ne fonctionne que par la pensée. L’auteur soulève les problèmes d’être un Zéro et les conséquences que cela engendre. On suit Kira au quotidien, avec sa famille et aussi au lycée. Très vite, l’événement avec Raf (son meilleur ami) arrive, et tout bascule dans sa vie… tout comme dans l’intrigue.

  Kira est un personnage qui va évoluer au cours du récit. Au début, elle est exclue à cause de sa condition de Zéro. Personne ne veut lui parler, c’est un peu un paria dans cette société psychique. Pourtant Kira va se montrer plus forte qu’elle ne le pensait elle-même. Elle va être confrontée à des choix cruciaux. Sa loyauté ainsi que son altruisme sont remarquables. Pourtant sa naïveté va souvent lui jouer des tours… mais son instinct est là pour lui faire prendre les bonnes décisions. D’autres personnages interviennent comme Raf ou encore Simon. Mais je vous laisse le soin de les découvrir. Il faut apprivoiser ce monde et les surprises qu’il réserve à travers ses personnages.

  Le rythme est un peu en dent de scie. C’est un tome 1, donc il faut présenter l’univers, que l’intrigue se mette en route et qu’on voit où l’auteur veut en venir. Il y a donc des moments addictifs où les pages se tournent à une vitesse folle. Et d’autres passages plus dans la réflexion ou dans la description qui ralentissent le récit. Certaines scènes auraient dû d’ailleurs être coupées pour amener plus de dynamisme. La narration à la 1ère personne apporte un ancrage en plus dans cette société. Et on découvre comme Kira, la « société » des Mindjacks.

  Parlons de l’univers… qui est franchement intéressant et bien foutu ! Au départ, on pense que c’est un monde où seulement deux catégories de personnes s’y mêlent. Pourtant une 3ème fait son apparition, celle des Mindjack. Je ne dirai rien sur leurs capacités et sur leur soif de reconnaissance. Sachez que Kira va apprendre à ses dépends les côtés positifs et négatifs de ce groupe dissident. Et se faire une opinion n’est pas chose aisée quand on veut être accepté dans cette société.

  L’écriture de l’auteur est assez simple dans son style. Ce n’est pas une plume à qui on remettrait un prix mais ça a le mérite d’être efficace lorsqu’on lit l’histoire. Susann Kaye Quinn réussit bien à nous mettre à la place de Kira afin de nous montrer ce qu’il se passe à l’intérieur de sa tête… ainsi que de celles des autres. En tout cas, je lirai la suite avec plaisir. J’ai hâte de savoir comment tout ça peut évoluer. Un 1er tome avec des défauts mais qui ne manque pas de panache pour attirer les lecteurs !

Ma note : 7,5/10.

Merci à Blandine et aux éditions MxM Bookmark pour ce partenariat !

mardi 31 janvier 2017

Concours d'écriture Librinova : Que feriez-vous "si vous étiez président du monde" ?


Salut les Readers !

J'espère que vous allez bien et que vous avez déjà déniché quelques coups de cœur littéraires ! Je reviens aujourd'hui avec un article un petit peu spécial pour les fans d'écriture qui sommeillent en vous :)

A l'occasion de la semaine de la langue française et de la Francophonie qui aura lieu du 18 au 26 mars, la plateforme d'autoédition Librinova organise un concours d'écriture ! Comme vous le voyez sur la bannière, le thème est "Et si j'étais président du monde..." :) Ce concours déjà lancé possède comme partenaire le ministère de la Culture et de la Communication ainsi que TV5MONDE
Si c'est pas la classe :D

La marraine du concours est Marguerite Abouet, auteur et réalisatrice de plusieurs bandes dessinées à succès dont "Aya de Yopougon". Cette BD a d'ailleurs reçu le prix du premier album au festival d'Angoulême en 2006 ! De plus elle a été adaptée au cinéma en 2013 et la saga papier s'est vendue à plus de 700 000 exemplaires ;) 
Bravo à la marraine !!

 


Passons aux choses pratiques maintenant ! Pour accéder au concours vous pouvez vous rendre sur le site ici : http://concours.librinova.com/contests/5 et créer un profil (ou avec votre Facebook). Sachez qu'il est ouvert aux 15-35 ans et que vous pouvez participer sous forme de textes courts : nouvelle, poésie ou encore du slam et bien d'autres choses encore si vous voulez être originaux ! Vous pouvez participer jusqu'au 10 mars 2017 !

LES GAINS ?
- Les 5 premiers lauréats verront leurs textes publiés dans un recueil numérique chez Librinova, et lus par Marguerite Abouet, sur l'antenne de TV5MONDE.
- Lots TV5MONDE pour les 15 premiers lauréats.

Vous pouvez suivre l'actualité de Librinova et de ses auteurs sur les différents réseaux sociaux :

  
 

samedi 21 janvier 2017

Chronique : Outliers - Tome 1 : Les anomalies de Kimberly McCreight


Outliers – Tome 1 : Les anomalies de Kimberly McCreight.
(Genre : Thriller, YA).

Editions : Robert Laffont
Prix : 17,90€ (Partenariat)
Date de parution française : 24 octobre 2016
Année de parution originale : 2016
Titre version originale : The Outliers, Book 1.

  Résumé : Tout commence par un texto : Wylie, stp, j’ai besoin de ton aide. Cassie a disparu et ses SMS laissent craindre le pire à son amie… Qu’est-elle partie faire dans les denses forêts du Maine ? A-t-elle été kidnappée ? Est-elle en danger de mort ? Aidée par Jasper, le petit ami de Cassie, Wylie surmonte son agoraphobie pour se lancer à sa recherche. Mais son mauvais pressentiment ne faiblit pas, loin de là : et si de bien plus noirs secrets se cachaient derrière la disparition de Cassie ? Des secrets à même bouleverser l’équilibre du monde ?


  Je vais être franc avec vous, j’ai hésité à vouloir lire ce livre. En effet, il est plutôt mal noté sur Goodreads (moins de 3,5/5) et ça n’engageait rien de bon. Pourtant, avec les avis positifs qui arrivaient en France, j’ai voulu tenter moi aussi l’expérience. La couverture est en plus magnifique et le résumé est attirant ! Même si au départ, je n’avais lu que 2 phrases pour me faire une vague idée du livre. Au final, j’ai adoré ma lecture et j’ai même été surpris par les événements de l’histoire !

  Dès le début, l’auteur nous écrit un prologue de la mort qui tue ! On ne le comprend pas, on ne sait pas de quoi le personnage parle mais il est terriblement intrigant. La première chose que je me suis dit : « Kimberly McCreight fait fort ! » Du coup j’ai continué avec le chapitre 1. L’auteur nous fait une présentation de Wylie, de son papa et de son frère jumeau. On se rend compte de ses problèmes et de son passé tourmenté et BAM… page 20, l’intrigue commence !

  J’ai adoré suivre Wylie pour la simple et bonne raison que je pensais qu’on allait suivre comme protagoniste Cassie. Du coup, j’ai été surpris dès le départ et dans le bon sens du terme. Cette jeune fille qui a perdu sa mère dans un accident de voiture. Qui est devenue agoraphobe après ce choc émotionnel et qui, par la force des choses, va se retrouver pleine de volonté pour aller secourir sa meilleure amie ! Je l’ai admirée pour sa détermination, son sens de l’intuition, sa franchise et ses valeurs. Wylie est une anti-héroïne qui se dévoile et se révèle au fil de l’histoire ! Avec elle il y a Jasper. Le mec qu’on déteste au départ et qu’on apprécie au final. L’auteur a su ancrer dans son histoire des personnages profonds et intéressants avec une vie compliquée et tourmentée. Chapeau !

  Le rythme est assez dingue ! On départ on se croit dans un thriller puisque Wylie et Jasper partent à la recherche de Cassie qui est en danger. Sur leur chemin ils croisent des gens bons et d’autres moins bons. L’histoire est rythmée par les SMS de Cassie. On a tellement peur qu’il lui arrive quelque chose. Il y a aussi tout un pan personnel de Wylie qui est remis en question et l’auteur arrive très bien à jouer entre les deux. Puis, Kimberly McCreight nous fait des révélations au fil des chapitres… surtout en fin de chapitre d’ailleurs (on a donc de suite envie d’en commencer un autre !) Le genre thriller laisse sa place à un autre (je ne vous dirais pas lequel) et je dois dire que j’ai été vraiment surpris ! Surpris par l’originalité, le culot de l’auteur, ces revirements de situations qui au final fait qu’on ne sait plus à qui se fier…

  Le côté thriller est rudement bien mené : l’histoire est oppressante, stressante, on sent une épée de Damoclès au dessus de notre tête dans cette course contre la montre. On ne sait pas à qui faire confiance, qui est impliqué dans quoi précisément et comment s’en sortir. Et puis l’auteur débarque avec un univers qu’elle met petit à petit en place… celui des anomalies. On en sait encore peu sur eux et sur ce qu’ils sont, mais on sait de quoi ils sont capables. Dommage que ce ne soit pas plus exploité mais le tome 2 devrait répondre à mes questions.

  Ce style est incroyable. L’auteur alterne entre des souvenirs du passé et le temps présent pour mettre du relief et pour comprendre encore plus le comportement de Wylie. Kimberly McCreight réussit à faire de ce livre YA un page-turner incroyable doté d’une originalité que j’ai hâte de découvrir davantage. Et cette fin… je m’attendais à ce que tout soit plié. Pourtant, l’auteur a réussi à me surprendre avec le dernier et ultime mot ! Ce qui relance l’intrigue pour la suite, et c’est génial. Je ne peux que vous recommander ce livre. Bien que ce soit un tome 1 introductif à l’univers, il est addictif, prenant et terriblement efficace. Suivre son instinct suffit-il à ressortir vivant lorsqu’on ne sait pas à qui faire confiance ?

Ma note : 8,5/10.

Merci à Cécile et à la Collection R pour ce partenariat !

mardi 17 janvier 2017

Chronique : Un rêve inattendu d'Alix Nichols


Un rêve inattendu d’Alix Nichols.
(Genre : Romance, Contemporain).

Editions : Autoédité
Prix : 3,99€ (ebook)
Date de parution française : 12 janvier 2017
Année de parution originale : 2014
Titre version originale : Bistro La Bohème, Book 2 : What If It’s Love.

  Résumé : Quand l’homme le plus sexy de Paris, Rob Dumont, manifeste un certain intérêt pour la riche héritière intello et introvertie, Lena, celle-ci soupçonne qu’il y a anguille sous roche. A-t-elle raison de se méfier ?


  Je tiens à remercier l’auteur pour sa gentillesse et pour sa disponibilité. L’envoi de ce livre m’a fait plaisir et j’ai eu envie de lui donner sa chance. Son approche m’a plu… pas comme certains auteurs qui sont prêts à tout pour vous faire lire leur livre ! La couverture m’a beaucoup plu (même si je ne suis pas fana du rose, question de goût personnel). Et le résumé aussi, même s’il en dit peu sur l’histoire. Et ma fois, ce n’est pas plus mal. Si j’ai apprécié ma lecture, le livre souffre de pas mal de défauts.

  Dès le début on rentre directement dans le vif du sujet. Rob reçoit une proposition pour espionner Lena (Rob a besoin d’argent) qu’il ne connait pas encore. Du coup, on se demande comment il va faire pour l’approcher et pour qu’elle lui fasse confiance afin de lui soutirer des informations. Mais voilà… c’est le jeu de l’arroseur arrosé puisque Rob va peu à peu tomber sous le charme de la belle Lena. Et par la même occasion, cette dernière sous le charme de Rob.

  Les personnages sont sympathiques par leur façon d’être et ont des caractères qui se marient bien. Lena est douce, réfléchie, altruiste et pense plus aux autres qu’à elle-même. Quant à Rob, il est sûr de ses atouts de séducteurs et sait se montrer prévenant et attentionné. Si les personnages ont de bonnes qualités, ils ont aussi des défauts qui peuvent les rendre agaçants. Ils mettent du temps à accepter leurs sentiments. Ils tournent autour du but et ça en est rageant pour le lecteur qui ne souhaite qu’une chose… qu’ils se mettent ensemble. D’autres personnages interviennent de manière plus secondaire. Ils sont tous aussi intéressants les uns que les autres. Chacun a sa manière d’appréhender la vie et d’en profiter. Une diversité qui amène un certain charme au récit.

  Le rythme ne m’a pas convaincu. S’il se passe des choses dans l’histoire et que les chapitres sont de taille normale… il y a un peu trop de longueurs. J’aurais aimé que certains passages aillent plus vite ou que d’autres soient plus développés pour accentuer encore plus les sentiments. J’aurais sûrement remanié le texte d’une autre façon, pour le rendre plus dynamique, plus précis, et encore plus émouvant. Il m’a manqué ce petit quelque chose qui m’a au départ fait penser que cette histoire allait être toute mignonne. Je regrette aussi que l’auteur ne joue pas plus sur le côté espion amateur de Rob. Ça aurait pu donner des situations rocambolesques et rigolotes.

  Alix Nichols aborde dans son roman plusieurs aspects de l’amour. L’amour familial mais aussi celui au sens propre du terme… l’amour passionné entre deux êtres. Elle met en avant les premières rencontres, les premiers échanges, la façon d’aborder l’autre qui n’est pas toujours évidente. Et puis les difficultés qu’un couple subit : le mensonge, l’éloignement ou encore la perte de confiance. L’amitié est aussi beaucoup présente et c’est un aspect bien abordé dans l’histoire. Et puis en toile de fond la ville de Paris et ses clichés !

  J’aurais aimé que l’écriture de l’auteur me fasse ressentir davantage de choses. Elle écrit bien mais peut-être que la traduction n’est pas assez aboutie. D’ailleurs il y a plusieurs choses qui ne fonctionnaient pas, quelques incohérences. La fin est mignonne mais j’aurais apprécié qu’elle arrive un peu plus vite pour avoir un après… Au final, c’est une lecture agréable qui souffre de certains défauts. A vous de voir si vous voulez tenter l’aventure et suivre les aventures de Rob et Lena entre Paris et Moscou.

Ma note : 7/10.

Merci encore à Alix Nichols pour ce partenariat !